77
Magazine Dijon

Hiver 2018-2019

 N°77
 
Accueil > Les numéros > N°77 > 07 > Demain, le nouveau quartier des arts, à Dijon
07

Demain, le nouveau quartier des arts, à Dijon Visite privée au palais

Dans les coulisses du futur musée des beaux-arts

entrée du Musée des beaux arts de Dijon
L’entrée du MBA se fera à partir de mi-mai sur la place de la Sainte-Chapelle mais vous pourrez passer aussi par la cour de Bar pour accéder à l’espace d’accueil, à la boutique et au début du parcours. Avant de tourner la page, imaginez que vous êtes sur la place du théâtre, les échafaudages ont été enlevés, le rideau peut se lever. Des portraits du Fayoum et du sarcophage qui accueillent désormais le visiteur, en haut de l’escalier d’honneur, à l’exposition temporaire inaugurale consacrée à Ming, peintre dijonnais exposé dans le monde entier, chacun pourra choisir le rythme donné à son voyage dans le temps.


Perspective MBA en 2019 © ateliers-lion-associés

En avant-première, rien que pour vos yeux, BB vous offre une visite virtuelle mais déjà instructive du MBA, dont les portes resteront fermées jusqu’au 17 mai. Seule la salle des Tombeaux, via l’escalier du Logis du Roy, restera accessible à la visite sans interruption.

nettoyage decoration
Dernier hiver où le palais retrouve l’absence de chauffage qu’il avait connu du temps des Ducs, en admettant qu’il reste une pièce encore en état qui pourrait rappeler leur existence. La rénovation du musée va permettre de montrer, dans une muséologie entièrement renouvelée, des trésors cachés aussi bien que des œuvres emblématiques restaurées, comme les deux retables de Champmol ou le plafond de Prud’hon, déjà remis en place en novembre.

visite virtuelle

Prêts pour la visite virtuelle ?

Nous sommes déjà arrivés à la mi-mai. Le parcours chronologique que l’on va suivre mélange les techniques et les disciplines artistiques afin de faire dialoguer peintures, sculptures, objets d’art, mobilier. Huit séquences rythment la visite, l’adéquation entre les collections et les différentes époques des bâtiments ayant été maintenue dans la mesure du possible. Le logis ducal présente de petits bijoux de l’époque médiévale, les collections du XVIIIe s occupent l’aile de l’ancienne école de dessin, et presque toute la collection du XIXe s se retrouve dans l’aile datant de cette époque. Cartels, tables multimédia, audioguides… autant d’outils pour faciliter le parcours tout au long de cette succession de salles reconstruites du sol au plafond, fortes de 1500 œuvres révélant les grands jalons de l’histoire de l’art européen, mais aussi bourguignon, comme il se doit.

Jacques de Baerze, Melchior Borederlam, Retable de la Crucifixion
Jacques de Baerze, Melchior Borederlam, Retable de la Crucifixion, inv CA 1420 A © Musée des Beaux-Arts de Dijon/François Jay

Le Moyen Âge en Bourgogne

Après une première séquence consacrée à l’Antiquité, source d’inspiration, et une seconde au Moyen-Âge en Europe. Dans la galerie de Bellegarde, érigée au début du XVIIe siècle pour relier la tour de Bar à l’ancien logis du duc, sont exposés deux imposants retables sculptés peints et dorés de la Chartreuse de Champmol (XIVe s). Sculptés par Jacques de Baerze, ils ont été peints par Melchior Broederlam. Au grand raffinement des volets extérieurs peints s’ajoute la splendeur des décors sculptés intérieurs, ciselés telles des pièces d’orfèvrerie. De vrais livres d’images à admirer, avant de se retrouver dans la salle des gardes au pied des tombeaux de Philippe le Hardi et Jean sans Peur, plié en deux devant le cortège des célèbres pleurants.

Tombeau de Philippe le Hardi
Jean de Marville, Claus Sluter, Claus de Werve,
Tombeau de Philippe le Hardi, inv CA
Le Souffleur à la lampe
Georges de La Tour, Le Souffleur à la lampe, inv DG 827
Hébé et l’Aigle de Jupiter
François Rude, Paul Cabet, Hébé et l’Aigle de Jupiter, inv CA

De la Renaissance à Louis XIV

Anonyme de l’Ecole de Fontainebleau, Dame à sa toilette
Anonyme de l’Ecole de Fontainebleau, Dame à sa toilette, inv CA

Les maîtres de la Renaissance italienne sont représentés dans la séquence suivante par Véronèse, Vasari et Titien pour ne citer que les plus célèbres. L’admirable Dame à sa toilette fait partie des œuvres restaurées qui retrouvent ici une place de choix. Quant au XVIIe s, il met à l’honneur le caravagisme avec la Judith de Commodi, un Saint-Jérôme anonyme ou encore Le Souffleur à la Lampe de Georges de la Tour. L’accrochage de la salle suivante permet de mettre en regard les compositions d’artistes flamands avant et après Rubens (beau Frans Hals). Coysevox, Lebrun ou Coypel sont réunis pour célébrer le siècle de Louis XIV, et l’art bourguignon est représenté par Tassel, en peinture, et Dubois, en sculpture. La fin du règne du Roi Soleil est l’occasion d’aborder l’art de la cour (Le siège de Lille par Van der Meulen en célèbre les conquêtes), une table dressée permet de mettre en avant mobilier, vaisselle et horlogerie sous la Régence.

De l’école de dessin à l’atelier d’autrefois

Une salle entière rend hommage aux artistes bourguignons accueillis depuis la création de l’école de dessin en 1767. Quant à la très belle salle des statues, elle retrouve sa configuration d’origine. Un des temps forts de la visite, avec la Grande Galerie, qui a retrouvé ses grands formats (Rubens). Le XIXe s fait l’objet d’un traitement thématique. La salle Sophie et François Rude met en avant les productions des deux artistes bourguignons, tandis que la suivante introduit des thèmes plus littéraires (Don Quichotte à cheval par Daumier). On passe de l’Histoire à l’Académisme et à l’éclectisme, puis aux thèmes réalistes et naturalistes. Une salle restitue l’atmosphère d’un atelier d’artiste, faisant l’objet d’un accrochage serré.

Claude Monet à la Donation Granville
Claude Monet, Etretat la Porte d’Aval, inv 2961
© Musée des Beaux-Arts de Dijon - Donation Granville
James-Jacques-Joseph Tissot - Japonaise au bain
James-Jacques-Joseph Tissot,
Japonaise au bain, inv 2831 et J 167
© Musée des Beaux-Arts de Dijon/François Jay
Delacroix - Donation Granville
Eugène Delacroix,
Le Sultan du Maroc Mulay-Abd-Er-Rahman recevant le comte de Mornay, ambassadeur de France, inv DG 86
© Musée des Beaux-Arts de Dijon/Michel Bourquin
François Pompon, Ours blanc
François Pompon, Ours blanc, inv 3487 bis 88
Dépôt : Paris,
Museum d’Histoire naturelle
Acquis par le Museum d’Histoire Naturelle de Paris en 1934. Dépôt du Museum d’Histoire Naturelle de Paris, 1948
© Musée des Beaux-Arts de Dijon/Michel Bourquin

La donation Granville revisitée

Au second étage, une salle consacrée à l’Orientalisme permet de retrouver Delacroix, Ziem. L’impressionnisme et le pointillisme sont mis à l’honneur avec le seul Monet du musée (Étretat, la porte d’Aval). Une attention particulière est portée à la figure humaine dans la seconde moitié du XIXe s : Odilon Redon, Manet ou Tissot, dont la délicieuse Japonaise au bain.
C’est à François Pompon, sculpteur animalier qu’on n’ose plus présenter, que revient l’honneur d’ouvrir le siècle suivant, enrichi au niveau des œuvres présentées par la donation des époux Granville. On passe de l’expressionnisme au modernisme, de Matisse à Dufy. Honneur à Vieira da Silva et Arpad Szenes, artistes dont le musée possède une des plus grandes collections. Le deuxième étage de la Tour de Bar consacre l’œuvre de Lapicque. De Staël et Poliakoff ou Manessier s’affontent à la loyale, l’autoportrait de Ming interroge, mais d’autres œuvres pourront troubler cette remontée du temps, l’enrichir au gré des dépôts attendus. Le parcours s’achève au rez-de-chaussée, à travers des salles consacrées à l’art contemporain, dont les fenêtres sont désormais ouvertes sur la ville et la rue Rameau. Un nouveau quartier est né, le quartier des Arts. Et ce n’est plus un tronc d’arbre érigé en chef d’oeuvre rue de la Liberté ni une statue de Rameau place de la Sainte-Chapelle qui qui attirent pigeons et visiteurs, mais de vrais arbustes. Le printemps des Arts sera beau. Chaud aussi, peut-être. ■ GB

Un Noël au musée jusqu’au 31 décembre

Dernière occasion de découvrir ou redécouvrir le parcours Moyen Âge et Renaissance tel qu’il avait été conçu en 2013 à l‘issue de la première phase de travaux. Au programme : un Jeudi Vins d’exception avec l’office de tourisme, une nocturne dès le premier soir des vacances, des jeux à énigmes tous les après-midis pour découvrir en famille les trésors du musée, telle la fameuse salle d’armes, avec de beaux cadeaux à la clé (musees.dijon.fr). Petit bonus pour commencer à fêter l’an nouveau : un verre de bulles offert aux visiteurs de la dernière heure le soir du réveillon. Le musée est gratuit et ouvert de 9h30 sauf les mardis
 

● L’Arche de Noël

Le 21 déc., de 19h à 21h, il y a du rififi dans l’Arche des animaux : des jeux d’imagination, des chasses aux détails, des jeux de pistes, des ateliers d’arts plastiques, un atelier maquillage et des jeux de société (avec la Ludothèque) pour redécouvrir, en famille, les animaux du musée.

● Menez l’enquête

Lors de la nocturne du 21, venez rencontrer les quatre Ducs de Bourgogne joués par de véritables comédiens ! Une présentation interactive et vivante de l’histoire de Bourgogne (offre limitée à 70 participants). Du 22 au 31, Enigme Game : la Toison d’Or de Philippe le Bon a disparu ! Saurez-vous la retrouver ? Inscriptions sur creanim.org

● Un jeudi vins d’hiver

Du Nuits au musée. Le 20 (forcément !) visite exclusive des lieux, une dégustation commentée de vins fins et des amuses-bouches ! Sur résa à l’Office de Tourisme.
 

● Ouverture de la salle des Tombeaux

Entre le 1er jan. et le 16 mai, seule la salle des Tombeaux sera accessible aux visiteurs. L’accès se fera par l’escalier d’honneur du passage du logis du Roy de 9h30 à 18h, sauf le mardi, et reste évidemment gratuite. Maximum 50 visiteurs. Infos sur musees.dijon.fr ou au 03 80 74 52 09.


Répondre à cet article

 
 

 RSS 2.0 | Plan du site | SPIP PUBLICITÉ : 03 80 73 01 15 ou 06 86 86 48 28 - contact@bing-bang-mag.com
BingBang magazine Dijon - Edité par EDIBANG : SARL au capital de 14 400 euros - 52, avenue de Stalingrad - 21000 DIJON - Tél : 03 80 73 01 15 - E-mail : 

Création sites internet Dijon : i-com - Photographic : Photographe publicitaire - Marielys Lorthios Photographe culinaire
Toute reproduction même partielle des articles et des photos interdite. Droits réservés.