51
Magazine Dijon

été 2012

 N°51
 
Accueil > Les numéros > N°51 > 03 > De la tête de veau à la tête de l’art
03

Jean Maisonnave

De la tête de veau à la tête de l’art Billet de retour N°10


Retour de Metz. Jolie ville, Metz. Plutôt jaune et rouge, pas du tout la grisaille attendue de ces contrées malmenées par l’histoire et les frimas. Avec aussi des raideurs d’ancienne citadelle (corollaire : beaucoup d’espaces récupérés pour le logis, la culture, le tourisme et autres activités jusque là subalternes ; on voit ça partout, même ici). Esplanades rimbaldiennes, avenues néo gothiques, ruelles rêveuses et, unique de ce côté du Rhin, une gare aux sur-dimensions wagnériennes avec mosaïques et statues (dont les libérateurs s’empressèrent de raser l’impériale moustache). Et la Moselle qui traverse la ville comme une pensée traverse l’esprit. Avec une île et un port de plaisance…

Derrière la gare, là où sévissait jadis une friche déprimante, le Centre Pompidou de Metz, but du voyage. On aurait pu y mettre comme en d’autres contrées post industrielles un parc d’attraction ou un ensemble touristique, manière de conjurer la déprime en relançant un peu l’économie, mais non ; là, un musée d’art contemporain avec une architecture et une philosophie assez radicales. On saisit le risque. On salue le pari sur l’avenir et, encore, la pensée qui traverse l’esprit.

Pourquoi j’en parle ? Parce que j’y ai vu en action l’exacte expression de ce que j’écrivais la dernière fois (BB n°50) à propos de l’auditorium, la culture et tout ça. A savoir que sans médiation conséquente et systématique, l’art ne sera jamais qu’un moyen supplémentaire de valider dans les consciences l’ordre et la hiérarchie des sociétés. « Quand c’est beau, c’est beau, il n’y a pas besoin de comprendre », on dit. Et alors ça, j’y crois pas du tout. Quand Camus écrit que l’émotion est la qualité supérieure de l’intelligence, je préfère prendre ce mot dans son acception première : ce qui est intelligible,ce qui est rendu intelligible.Pour trouver ça beau,il faut avoir les moyens de trouver ça beau. Surtout l’art contemporain où le concept domine souvent, où l’émotion est très consécutive, ou alors négative de prime abord.

Ce que j’ai vu à Metz, c’est d’abord un magnifique ensemble d’oeuvres de Sol LeWitt. Mais c’est aussi un grand nombre de classes, petits et grands cornaqués par leurs profs et par des médiateurs patients et compétents ; et des « gardiens » (des jeunes, probables étudiants en art) capables d’expliquer au spectateur (beaucoup d’Allemands) le pourquoi et le comment du boulot, sollicitant la curiosité, le contact. Des médiateurs quoi ; ça me faisait souvenir d’une fois où j’avais amené au musée d’ici une quatrième de Chenôve. Je leur avais demandé de réagir, de s’exprimer. On s’était fait engueuler parce qu’on faisait du bruit. On devait déranger les sculptures, vu qu’il n’y avait personne d’autre.Si:les gardiens. Aujourd’hui encore, la honte me saisit de ne pas avoir assommé l’adjudant appointé qui nous avait admonesté avec condescendance. C’était il y a longtemps, trop. Je n’ai plus jamais emmené de classe au Musée.

Maintenant,je sais que les choses ont changé.Je sais.Mais pas assez,loin s’en faut.Et pas partout.

Autre chose, sans quitter la médiation : au Pompidou de Metz, il y a deux restaurants. Un self en bas avec un espace pique-nique partiellement couvert, pas cher. Et un restau au-dessus. J’ai plutôt été au-dessus, pour cause de tête de veau. Des restaus de musée, j’en ai fait quelques-uns, ils traitent souvent la question par dessus la jambe. Quelques exceptions, Bordeaux par exemple, l’Entrepôt Lainé, où en plus la vue est belle. A Metz, tout est pro, cohérent, les vins expliqués, la tête de veau travaillée, digne de figurer sur une cimaise s’il n’y avait pas mieux à faire avec une tête de veau.

Je sais qu’ici, à l’Usine, ils réfléchissent avec Zuddas à un concept de cuisine itinérante à géométrie variable. C’est une belle idée,difficile. Et voici que je dois ajouter, juste après avoir terminé cet article, que le nouveau musée des beaux-Arts sera lui aussi doté d’un vrai restau avec une vraie cuisine confiée à deux jeunes cuisiniers de talent ; on y reviendra.Personnellement, j’y reviendrai vite, surtout s’il y a de la tête de veau bien réaliste, avec une gribiche absolument pas conceptuelle. Parce que ça aussi c’est de la médiation et qu’il n’y a pas de meilleur métier que de faire aimer ce qu’on sait aimable.
Même s’il y faut parfois une longue patience, avec tous ces innombrables clampins qui s’en tamponnent sans remords.
Jean Maisonnave


Répondre à cet article

 
 

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | SPIP PUBLICITÉ : 03 80 73 01 15 ou 06 86 86 48 28 - contact@bing-bang-mag.com
BingBang magazine Dijon - Edité par EDIBANG : SARL au capital de 14 400 euros - 52, avenue de Stalingrad - 21000 DIJON - Tél : 03 80 73 01 15 - E-mail : 

Création sites internet Dijon : i-com - Photographic : Photographe publicitaire - Marielys Lorthios Photographe culinaire
Toute reproduction même partielle des articles et des photos interdite. Droits réservés.