45
Magazine Dijon

Décembre 2010 - Janvier février mars 2011

 N°45
 
Accueil > Les numéros > N°45 > 09 > Danielle Juban
09

Texte : GB
Photo : TH

Danielle Juban La « première dame » de la cité des ducs

Elle est forte, cette Danielle, elle a su passer, en quelques mois, de son rôle de femme de l’ombre, travaillant auprès des hommes politiques, à celui de « reine du sitcom », ce qui n’a rien d’osé, quoique… Fallait oser : lancer l’idée d’un feuilleton à la dijonnaise (pour reprendre un terme dépassé), sans argent, sans soutien autre que celui involontaire du maire de Dijon, qui la lança (malgré lui) en lui reprochant que l’opposition ne faisait rien de constructif pour la ville.


Portrait de Danielle Juban Danielle Juban voit la vie en rose !


Buzz ou Business ?

Plus forte que la moutarde Dijon, dirait sa scénariste préférée, puisqu’elle a su tenir les Dijonnais en haleine au fil des mois, à coup d’annonce de castings, puis de tournage, puis enfin de lancement de ce dvd que vous pouvez trouvez dans le commerce et qui peut remplacer le pot de moutarde ou la bouteille de cassis que vous envoyez d’ordinaire aux cousins d’autres provinces.
Dan, qui ressemble un peu à Eve Ruggieri lors de sa seule apparition, en tant que figurante, dans un épisode mettant en scène un maire de (vaude)ville moyen(ne), ne manque ni d’idées ni d’humour, pour une femme ayant travaillé toute sa femme dans la communication de grands groupes pharmaceutiques et politiques (Urgo et le RPR, pour résumer). Ce qui est dommage, c’est qu’elle est trop gentille, en fait. Elle aurait pu reprendre le rôle de Maillan, dans l’adaptation de la pièce « Potiche » (bon, d’accord, Deneuve, c’est pas mal aussi !). Elle doit bien aimer le théâtre de boulevard pour avoir laissé à Catherine Barbier le soin de faire les scénarios des premiers épisodes de la sitcom.

Voir aussi :

Danielle Juban, Commerce woman

Le petit théâtre de la place de la Lib

Toute l’action de la sitcom se situe en fait dans une agence située, pour l’histoire, place de la Lib, et les personnages qui viennent faire trois petits tours avant de s’en aller en coulisses sont censés nous raconter notre vie, notre ville, avec leurs bons mots et leurs mauvais jeux (de mots), ou lycée de Versailles comme aurait dit San Antonio, qui faisait pire dans le style calembour. Mais bon, faut un début à tout, il y a de bons moments, et quelques bons comédiens en herbe, reste maintenant à convaincre un producteur extérieur qu’on peut transformer l’essai.
Il faut avoir une grande expérience de la télé pour dire ce qui peut marcher ou non. Quand on est comme moi incapable de regarder Voo TV plus de deux minutes, « Plus Belle la Vie » plus de trois minutes et les feuilletons sur M6 plus de six, on reste prudent. D’autant qu’il y a du potentiel. Si seulement Danielle osait nous raconter ses souvenirs de campagne, son passage auprès de nos Ducs actuels, la vie dijonnaise vue non seulement depuis la place de la Lib, mais des fenêtres de ceux qui nous gouvernent, en face, là, oui, on attendrait la suite avec impatience.
Après avoir créé le buzz, terme à la mode chez nos chères givrées de la com, Danielle Juban pourrait devenir la nouvelle reine du suspense à la dijonnaise. Et côté scénario, pas de souci, on peut l’aider…


Répondre à cet article

 
 

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | SPIP PUBLICITÉ : 03 80 73 01 15 ou 06 86 86 48 28 - contact@bing-bang-mag.com
BingBang magazine Dijon - Edité par EDIBANG : SARL au capital de 14 400 euros - 52, avenue de Stalingrad - 21000 DIJON - Tél : 03 80 73 01 15 - E-mail : 

Création sites internet Dijon : i-com - Photographic : Photographe publicitaire - Marielys Lorthios Photographe culinaire
Toute reproduction même partielle des articles et des photos interdite. Droits réservés.