44
Magazine Dijon

Octobre novembre 2010

 N°44
 
Accueil > Les numéros > N°44 > 02 > Comment apprivoiser le Dijonnais...
02

Comment apprivoiser le Dijonnais... Les chroniques de Carla Garfield


Vous habitez depuis un certain temps dans la cité burgonde et vous vous adaptez. Ah la pierre blonde, les bons vins, la douceur de vivre... Mais parfois, le dijonnais vous surprend. Il vous arrachera les yeux si vous lui parlez de vins aussi exotiques que le bordeaux ou le saumur et ne reconnaît pour viande véritable que la charolaise. Il est  imbattable sur l’histoire de ses vieilles pierres et vous racontera pendant de longs moments des anecdotes sur Marguerite de Bourgogne et ses amants ou vous initiera au secret de l’ombre portée de la Piéta, rue Verrerie... Il évolue en grappe, randonne beaucoup, et vous êtes toujours surpris d’entendre si peu de bruit(s) dans les zones résidentielles (même l’été, malgré son goût proncé pour le barbecue).
Si vous vous perdez pendant le Vélotour et vous interrogez à haute voix, comptez sur une dijonnaise serviable pour vous dépasser en grommelant :
«  ben on est dans le quartier d’Pouilly, ça se voit : y a que des constructions neûûûves !  » Surtout, n’essayez pas d’engager la conversation dans la rue autour de ses enfants qui vous attendrissent en se roulant par terre (vous serez vu comme un ogre potentiel) ou simplement à la terrasse d’un café, au marché  : elle ne ne vous répondra pas.

Pendant un vernissage ou un cocktail, ne vous formalisez pas : le dijonnais qui vous connaît vous saluera, vous embrassera et considèrera comme invisible toute personne inconnue qui vous accompagne, sans même vous laisser le temps de la présenter, ce qui est souvent commode quand vous avez du mal avec les patronymes. Si vous lui faites remarquer ces particularités, ils détournera adroitement la conversation ou deviendra subitement invisible pour émerger plus loin près du buffet. Mais si vous arrivez à en parler sans le vexer, ils vous confirmera que cela n’a rien à voir avec vous, c’est juste une question de priorité dans la vie et d’espace vital ou tout simplement de concentration.

Tout cela pour vous confirmer que la légendaire froideur du Dijonnais est authentique : il met longtemps à vous adopter, n’aime pas trop être bousculé et vous fait trouver sympathique le moindre chauffeur de taxi à Paris. Mais en l’approchant de plus près, vous verrez que tout cela n’est qu’une forme maladroite de timidité. En fait, il est tout simplement adapté au climat : il fait souvent frais en Bourgogne, et il se calfeutre dans sa coquille. Il reste ancré dans sa terre, et regarde avec méfiance ceux qui risquent de ne faire que passer. Mais une fois que vous aurez obtenu sa confiance, qu’il aura vu que vous ne voulez que son bien, il vous suivra jusqu’au bout du monde... dans les limites de son territoire, évidemment !

Suite de cette chronique...


 
 

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | SPIP PUBLICITÉ : 03 80 73 01 15 ou 06 86 86 48 28 - contact@bing-bang-mag.com
BingBang magazine Dijon - Edité par EDIBANG : SARL au capital de 14 400 euros - 52, avenue de Stalingrad - 21000 DIJON - Tél : 03 80 73 01 15 - E-mail : 

Création sites internet Dijon : i-com - Photographic : Photographe publicitaire - Marielys Lorthios Photographe culinaire
Toute reproduction même partielle des articles et des photos interdite. Droits réservés.