69
Magazine Dijon

Hiver 2016/2017

 N°69
 
Accueil > Les numéros > N°69 > 05 > Comment Pokemon Go m’a rendu fou
05

par Theophile RAFFOUR, 20 ans

Comment Pokemon Go m’a rendu fou L’année de tous les dangers

Retour sur un phénomène de société qui a fait des ravages cet été à Dijon comme ailleurs. Notre assureur préféré a failli perdre son fils, qui maigrissait à vue d’œil et errait dans les rues l’œil fixé sur son portable, sans se préoccuper des autres bipèdes en vélo ou en voiture. Depuis la rentrée, tout est rentré dans l’ordre. Le phénomène Trump a chassé le phénomène Pokemon Go. Retour sur six mois qui ont changé le monde. Et rendez-vous en avril pour faire le bilan d’un autre phénomène.


Comment Pokemon Go m’a rendu fou
Je suis un étudiant un peu comme tous les autres. Sauf qu’il y a une chose qui me différencie de tous, c’est l’addiction fatale que j’ai eu pour Pokemon Go. Au départ je n’étais pas emballé par ce jeu, je l’ai téléchargé seulement une semaine après la sortie officielle tandis que mon entourage y jouait déjà bien avant. Une fois le jeu installé, je me suis encore demandé pourquoi tout le monde y jouait sans modération. Et puis un matin je me suis réveillé plus tôt que d’habitude avec une envie de chasser le Pokemon. C’est ce que j’ai fait en allant chercher les croissants à la boulangerie en bas de chez moi pour ma petite amie. Je suis rentré une heure et demie après avec la fierté d’avoir attrapé des Pokemons et j’avais totalement oublié les croissants. Les jours suivants, j’ai ressenti une envie permanente de chasser. Il m’était difficile d’y résister. Les seuls moments où je rentrais chez moi c’était pour y recharger mon téléphone ainsi que mes batteries nomades. Je faisais partie de ceux qui restaient toute la journée assis sur l’herbe dans le jardin Darcy, et le soir de ceux qui faisaient le tour du lac Kir. Tout allait bien, c’était les vacances, il fallait en profiter. Les problèmes ont commencé lorsque j’ai oublié l’anniversaire de mon petit frère. Ma famille m’en voulait mais commençait surtout à s’inquiéter. Quant à ma petite amie, elle pensait que tout cela n’était qu’éphémère. Le seul et unique sujet de conversation que j’arrivais à tenir avec mon entourage était Pokemon Go et tous commençaient à saturer.

Je ne m’en rendais pas compte. Tout ce que je voulais c’était rattraper le retard que j’avais par rapport aux autres et ensuite, une fois ce retard comblé, c’était de maintenir voire augmenter l’avance. Je ne dormais plus que deux à trois heures par nuit, je n’avais plus qu’un seul repas par jour… quand je pensais à manger. Avec la chaleur j’enchaînais les crises d’hypoglycémie ainsi que les chutes de tension. Et pour couronner le tout j’ai fini par être en rapport conflictuel avec ma famille, au bord de la rupture avec ma petite amie et j’ai complètement oublié de faire ma rentrée. J’ai sauté ma première semaine de cours, c’est ce qui m’a fait prendre conscience de ma situation.
En l’espace d’un mois j’ai perdu pas moins de 4 kg. Inconsciemment j’ai créé le premier programme minceur sans trop se fatiguer et perdre de l’argent. J’étais en train de perdre par contre tout ce qui m’était cher, par un jeu censé rapprocher les gens, du moins quand il n’est pas utilisé à l’extrême.
Mais je ne voulais rien entendre car je ne voulais pas être tenu responsable des dégâts commis et je ne veux pas donner raison à mon entourage tout simplement parce que j’ai ma fierté à entretenir. Voilà le désastre que Pokemon Go a provoqué dans ma vie. Depuis, j’ai repris une vie normale. Maintenant, comme pas mal d’autres étudiants américains que je connais, je suis parti à la chasse aux Trump.


Répondre à cet article

 
 

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | SPIP PUBLICITÉ : 03 80 73 01 15 ou 06 86 86 48 28 - contact@bing-bang-mag.com
BingBang magazine Dijon - Edité par EDIBANG : SARL au capital de 14 400 euros - 52, avenue de Stalingrad - 21000 DIJON - Tél : 03 80 73 01 15 - E-mail : 

Création sites internet Dijon : i-com - Photographic : Photographe publicitaire - Marielys Lorthios Photographe culinaire
Toute reproduction même partielle des articles et des photos interdite. Droits réservés.