75
Magazine Dijon

Été 2018

 N°75
 
Accueil > Les numéros > N°75 > 06 > Combat de coqs dans l’Auxois
06

Combat de coqs dans l’Auxois

Vous ne pourrez plus dire, à la fin de l’été 2018 : « L’Auxois, connais pas ! ».


Koen Vanmechelen

Pendant que Fontenay, Buffon et Bussy célèbrent la mémoire de leurs grands hommes (voir BB74), d’autres s’intéressent à un animal politique que les Français connaissent et adorent, sur pattes, en sauce ou sur des T-shirts. Le MuséoParc Alésia a choisi de rendre hommage à ce réveil-matin d’autrefois, cet animal horripilant rattaché à « nos ancêtres les Gaulois » depuis qu’un certain Jules César s’est mêlé d’écrire ses mémoires de guerre dans un latin de cuisine que tout le monde a interprété depuis à sa façon, au point de voir des Alésia partout.

C’est à cause du vieux Jules, bien sûr, qu’on a assimilé les Gaulois et le coq (GALLUS étant un nom commun aux deux). Une info qu’on médite, sourire aux lèvres, en visitant l’expo la plus fascinante de l’été. Car derrière les clichés se dévoilent les manipulations politiques qui ont permis de transformer au fil des siècles une défaite (Vercingétorix s’est quand même pris la pâtée !) en premier élan nationaliste.

Suivez le coq,

d’Alésia à Montbard, puisqu’on retrouve l’emblême franchouillard remis à sa place au Musée et parc Buffon. Une suite de l’expo qu’on a adorée, qui mérite à elle seule qu’on fasse le détour par la ville haute. On vous la présente dans les pages suivantes, mais on n’a pu s’empêcher de vous offrir d’entrée une vision décalée due au talent d’un artiste flamand hors normes (comme tous les artistes flamands) : Koen Vanmechelen. Plus de 300 ans séparent sa démarche de celle d’un Buffon, mais le choc de la rencontre ne devrait pas vous laisser indifférent.
On attendait au moins Emmanuel Macron à l’inauguration de ces deux expositions présentant le seul concurrent que le président des Français pourrait avoir à l’international. Des expos drôles, percutantes, intelligentes et faciles d’accès, à prolonger par une virée aux Forges de Buffon et à Flavigny pour découvrir deux aspects de ce tourisme industriel qui « cartonne » sur tout le territoire.

■ Gérard Bouchu


Répondre à cet article

 
 

 RSS 2.0 | Plan du site | SPIP PUBLICITÉ : 03 80 73 01 15 ou 06 86 86 48 28 - contact@bing-bang-mag.com
BingBang magazine Dijon - Edité par EDIBANG : SARL au capital de 14 400 euros - 52, avenue de Stalingrad - 21000 DIJON - Tél : 03 80 73 01 15 - E-mail : 

Création sites internet Dijon : i-com - Photographic : Photographe publicitaire - Marielys Lorthios Photographe culinaire
Toute reproduction même partielle des articles et des photos interdite. Droits réservés.