69
Magazine Dijon

Hiver 2016/2017

 N°69
 
Accueil > Les numéros > N°69 > 10 > « Chroniques » de Bob Dylan
10

« Chroniques » de Bob Dylan Un Nobel sinon rien


Bob Dylan

La nouvelle a résonné comme un coup de tonnerre dans le Landernau de la littérature : Bob Dylan, alias Robert Allen Zimmerman, né le 24 mai 1941 à Duluth, dans le Minnesota, était le nouveau prix Nobel 2016. L’académie suédoise l’avait distingué « pour avoir créé (…) de nouveaux modes d’expression poétique ». Dylan est donc le premier musicien à se voir attribuer le prestigieux prix… qu’il n’a pas jugé bon d’aller recevoir lui-même, fidèle en cela à sa réputation de marginal.
En France, certaines réactions ont été virulentes. Ainsi, Pierre Assouline a fait savoir que, selon lui, « attribuer le prix Nobel est affligeant. J’aime Dylan, mais il n’a pas d’œuvre (…). C’est méprisant pour les écrivains ».
Pas d’œuvre ? Soit, si l’on estime que les textes de ses chansons ne sont pas des fragments littéraires, qui font partie d’une œuvre toujours en gestation. Et surtout il y a son autobiographie, « Chroniques », récemment rééditée. Je ne l’avais pas lue. Je me suis donc procuré le livre, et je me suis mis au boulot.
Et là, surprise ! Le texte de Dylan est un véritable chef d’œuvre, et je n’ai pas peur du mot. Dans un style oscillant entre celui d’Henry Miller, l’auteur du « Cauchemar climatisé » et celui des écrivains de la beat generation, Kerouac en tête, l’auteur nous fait don, loin de la classique autobiographie de célébrité écrite le plus souvent par un « nègre », d’un véritable récit de vie, la sienne en l’occurrence.
On découvre l’odyssée d’un jeune Juif qui, tout juste sorti de son Minnesota natal, se retrouve dans un New York pétrifié par l’hiver. Un chemin rocailleux qui le conduira jusqu’à la gloire mondiale… et donc le Nobel. Autodidacte, le jeune Dylan avale une énorme quantité de livres dans les différents appartements qu’il squatte à Manhattan, lit poèmes et biographies, et se met lui-même à écrire. Mais le plus intéressant à mes yeux, c’est l’incroyable galerie de personnages, connus ou non, qu’il nous dévoile ; autant de portraits pris sur le vif des hommes et des femmes qu’il a côtoyés, aimés ou détestés, marginaux, musiciens de talent, déjantés de tous bords, muses et maîtresses.
On peut toujours gloser à l’infini sur le choix de ces messieurs du Nobel, mais il faut bien reconnaître que la valeur d’un auteur ne se mesure pas à l’aune d’une production littéraire « classique ». Je vois dans « Chroniques » une fascinante chanson sans musique, dont ne subsistent que les paroles ; un genre inédit qui attendait d’être inventé. Bob Dylan l’a fait. Cela valait bien un Nobel, non ?

« Chroniques », de Bob Dylan

édition de poche chez Folio,
et chez Fayard, 20,30 €


Répondre à cet article

 
 

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | SPIP PUBLICITÉ : 03 80 73 01 15 ou 06 86 86 48 28 - contact@bing-bang-mag.com
BingBang magazine Dijon - Edité par EDIBANG : SARL au capital de 14 400 euros - 52, avenue de Stalingrad - 21000 DIJON - Tél : 03 80 73 01 15 - E-mail : 

Création sites internet Dijon : i-com - Photographic : Photographe publicitaire - Marielys Lorthios Photographe culinaire
Toute reproduction même partielle des articles et des photos interdite. Droits réservés.