64
Magazine Dijon

automne 2015

 N°64
 
Accueil > Les numéros > N°64 > 02 > Christine Martin
02

Christine Martin Culture Club

Interrogée sur le futur culturel de Dijon et ses relations avec François Rebsamen, “son chef”, Christine Martin nous livre, en toute franchise, quelques éléments de réponse (on a conservé l’essentiel pour nos « meilleurs vœux pour la ville » en décembre).


Christine Martin

Qui fait quoi ?

C’est le maire qui déclenche les grands enjeux pour la ville ; François Rebsamen porte un axe de politique générale et je dois avoir des propositions dans ce sens. Il a un vrai intérêt pour la culture et est attentif à tous les projets ; tout en ayant les coudées franches, j’ai besoin de son aval.

Au loin, ma ville

J’ai une haute opinion de ma ville qui est une des treize capitales régionales, il faut avoir des ambitions à la hauteur de ce rang. C’est le top 13 ! Oui, je suis une grande ligne avec, en visée, les musées ; le patrimoine ; l’Unesco.

La rentrée

Les gros dossiers en cours sont la rénovation de La Vapeur, 20 ans cette année (et pour un hangar, c’est long 20 ans, NDLR) et la deuxième partie des travaux pour le musée des Beaux-Arts.

Dans les cartons

Il y a une grosse interrogation : que fait-on avec le théâtre et quels travaux ? Une scène en pente, un accès pour les décors totalement incompatible avec l’accueil de certaines productions, ça mérite réflexion. Ce n’est pas qu’une histoire d’argent. Le Grand théâtre, c’est le cœur de Dijon. Il doit redevenir un lieu ouvert à tous et à toutes les cultures. Avec l’entrée future des Beaux-Arts de ce côté, place de la Sainte-Chapelle, le théâtre devrait retrouver son faste et son attractivité.

Questionnaire au féminin (singulier)


1- Le moment où vous avez regretté d’être une femme ?

Un jour on m’a dit que j’étais là parce que j’étais une femme et pas parce que j’étais compétente… Et là j’ai regretté d’être trop polie, policée pour ne pas pouvoir répondre plus “violemment” que je ne l’ai fait.

2- Avez-vous un jour rêvé d’être un homme ?

Quand j’étais petite je voulais m’appeler Frédéric.

3- La femme que vous auriez pu épouser ?

Olympe de Gouges, première féministe de l’histoire, auteur de la déclaration des droits de la femme et des citoyennes en 1791 :
« La Femme a le droit de monter sur l’échafaud ; elle doit avoir également celui de monter à la Tribune. »

4- Si j’avais été un gros dur, un homme, un vrai…

L’inspecteur Harry interprété par Clint Eastwood (un homme dont je suis loin de partager les idées politiques, pourtant :
“Make my day, punk !”

5- Le moment où vous avez "profité" du fait d’être une femme ?

Je cherche toujours…

6- Demain, quel sera le rôle dévolu aux femmes dans votre secteur d’activité ?

J’espère qu’un jour, on ne se posera plus la question… Et que les femmes sortiront des délégations liées au foyer.

Voir aussi :

Rencontre avec Christine Martin

Avec Norma Loy


La japonaise au bain de James Tissot (1864) Musée des Beaux-Arts de Dijon

La japonaise au bain de James Tissot (1864)

Musée des Beaux-Arts de Dijon

James Tissot n’est jamais allé au Japon, moi non plus ! D’ailleurs ce n’est pas le Japon qui m’importe dans cette toile, mais une femme au seuil de sa maison. Tant de fleurs pour un regard finalement si triste et un front si soucieux.
J’aime cette Japonaise au bain depuis fort longtemps parce qu’elle m’a raconté une histoire. Peut-être celle de la maîtresse dont l’amant vient de partir et qui ne sait pas quand elle le reverra.

Un corps loin d’être parfait dans une posture qui n’est pas tout à fait gracieuse, mais aussi la force d’être debout et d’oser se montrer telle qu’elle est. Elle ne cherche pas à nous séduire, peut-être est-elle lasse de devoir le faire…

■ Christine Martin


 
 

 RSS 2.0 | Plan du site | SPIP PUBLICITÉ : 03 80 73 01 15 ou 06 86 86 48 28 - contact@bing-bang-mag.com
BingBang magazine Dijon - Edité par EDIBANG : SARL au capital de 14 400 euros - 52, avenue de Stalingrad - 21000 DIJON - Tél : 03 80 73 01 15 - E-mail : 

Création sites internet Dijon : i-com - Photographic : Photographe publicitaire - Marielys Lorthios Photographe culinaire
Toute reproduction même partielle des articles et des photos interdite. Droits réservés.