76
Magazine Dijon

automne 2018

 N°76
 
Accueil > Les numéros > N°76 > 06 > Chantiers... de la restauration
06

Chantiers... de la restauration

Oui,

ce sont des chantiers qui sont à l’honneur, dans ce numéro. Nouveaux restos, nouveaux bars, nouvelles épiceries, nouveaux espaces pour petit-déjeuner en paix ou musique, s’offrir un plat du jour le midi ou prendre un verre de vin avec une planche en fin de journée…


Dijon bouge, les étoilés font toujours rêver, mais ils ne sont plus les seuls. On est curieux de voir aboutir le nouveau concept de restauration imaginé par Angelo Ferrigno, l’ancien chef des Cariatides. Et on attend avec impatience le lever de rideau au printemps sur le nouvel espace griffé Zuddas, tout à côté du DZ. Ce qui est certain, c’est que ce ne sera pas un nouveau DZ, ni un DZ’épices, quoique… Un épicier tatoué, ça nous manquait. Du street food sur fond de street art, ça nous plairait bien, c’est un artiste, David, et c’est un homme qui aime l’art, alors...
Des restaurateurs têtes de l’art, ça ne devrait surprendre personne, pourtant. Ceux qu’on vous présente ici ont tous un petit grain de folie dans la tête, et l’envie de cadrer avec leur époque, sur les murs comme dans l’assiette. C’est du bon qui vous attend, du locavore, du qu’on dévore avec le sourire, même si ce n’est pas facile d’avaler un morceau en se marrant. Si vous avez pris l’habitude de grignoter en faisant la gueule, ça va vous changer.

Bienvenue chez Jo

Bienvenue chez Jo !

Un chef qui donne le nom de son chien à son septième resto ne peut pas être foncièrement mauvais, comme aurait dit W.C. Fields. Thomas ouvre un resto-boutique rue Chaudronnerie, là où longtemps trôna un bouddha boudant et une Madame Ming impayable. Ouverture début décembre

Laissez-nous vous présenter…

● Chez Jo, resto-boutique

Eat at Joe ! Les fans de Tex Avery apprécieront le clin d’œil, les autres prononceront à la française, et ils auront raison. Jo, c’est un chien du tonnerre, il regarde son maître en train de tout casser mais lui reste impassible, sur canapé. Du Bento, il ne reste plus déjà que des éléments épars, mais on imagine déjà ce que sera demain ce resto-épicerie-brocante en écoutant Thomas et Ludovic délirer sur leur projet. Thomas Saint-André, 26 ans de cuisine, et sept restos, dont les deux derniers sont connus des Dijonnais, puisqu’il fut le chef de Chez Copains et du Septime, avant de se lancer avec son pote Ludo Catalano (un Sicilien cool, ça existe !) dans ce « truc de vieux ados ».
Un coin boutique, pour s’offrir un bon casse-dalle ou passer commande de petits plats à emporter, une salle où l’on choisira ses vinyls à écouter dans un décor années 30-50, avec du mobilier que l’on pourra acheter, comme le reste, si on en a envie. Thomas revendique un côté rock-and-roll et vieille France à la fois, dans les murs comme dans les plats. Il nous a montré un bouquin de recettes à l’ancienne qu’on est curieux de tester, ce qui ne veut pas dire que vous n’aurez pas droit à des plats d’actu, des salades aux goûts du jour, et du coin.
Vieille vaisselle et vins jeunes, carrément nature, brunch le samedi et vrai buffet maison en semaine avec service à l’assiette pour les feignasses, rostbeef coupé en salle et vrai bon sandwich à emporter, on est impatient de voir tout ça se réaliser. Il y aura même un menu spécial croquettes maison que Jo va tester, entre deux coups de marteau. Ma chienne va apprécier.
Chez Jo, ex Bento, 29 rue Chaudronnerie.
Fermé le dimanche.


Répondre à cet article

 
 

 RSS 2.0 | Plan du site | SPIP PUBLICITÉ : 03 80 73 01 15 ou 06 86 86 48 28 - contact@bing-bang-mag.com
BingBang magazine Dijon - Edité par EDIBANG : SARL au capital de 14 400 euros - 52, avenue de Stalingrad - 21000 DIJON - Tél : 03 80 73 01 15 - E-mail : 

Création sites internet Dijon : i-com - Photographic : Photographe publicitaire - Marielys Lorthios Photographe culinaire
Toute reproduction même partielle des articles et des photos interdite. Droits réservés.