36
Magazine Dijon

Octobre 2008

 N°36
 
Accueil > Les numéros > N°36 > 01 > Catastrophe !
01

Par Gérard Bouchu

Catastrophe ! « le violeur de l’onu était bourguignon »


bing bang Dijon

Le choc, en revenant sur Dijon, pour cette rentrée 2008 ! « Un titre à la Une » de vos quotidiens régionaux (ceci dit au cas où vous achèteriez plusieurs exemplaires car il n’y en a plus qu’un de payant) : « Le violeur de l’ONU est bourguignon ». Je revenais d’un reportage dans un pays frontalier, j’avais parcouru les journaux nationaux dans l’avion, et je ne savais même pas qu’il y avait eu un violeur à l’ONU. Pire, qu’il était bourguignon.

Bon, on rigole, mais c’est pas drôle. On ne va quand même pas jouer les envieux, en Bourgogne. Pas chercher à enlever au Nord-Pas-de-Calais ce qui faisait une source inépuisable de sujets de reportage pour les journalistes de France et de Navarre. On ne va pas se vanter de trouver des cadavres dans les jardins des châteaux et des restes congelés dans les caves…
J’ai raconté ça, pour les faire rire, aux responsables du tourisme du Nord-Pas-de-Calais, qui ont d’autant plus d’humour qu’ils ont cartonné tout l’été avec les touristes partis « sur les pas des Ch’tis ». Un film qui a au moins contribué à faire évoluer leur image, et qui va continuer de le faire ce mois-ci, avec la sortie du DVD. J’espère qu’il y aura une cabane à frites rue du Bourg pour fêter l’événement. Les commerçants se plaignant du manque d’animations dans le centre-ville devraient se réjouir. À quand le tournage d’un « Bienvenue chez les gros » dans nos villages ? Pas de raison que Bergues soit la ville la plus visitée de France alors qu’on a dans le Morvan ou dans l’Auxois, sans parler de l’Arrière-Côte, des bourgades qui ne demandent qu’à sortir de l’anonymat !

On rigole, toujours ! C’est pas le moment de se laisser aller à une douce déprime. Dijon se prépare dans les mois et les années à venir à une mutation en profondeur, on vous dit plus loin les raisons qu’on a d’être optimiste. C’est le moment de faire travailler l’imagination. Pas question de rentrer dans sa coquille. Sortez, dans les rues, mais aussi dans les salles. Il s’en passe de belles, vous devriez retrouver le sourire, en feuilletant ce magazine pas si zin-zin que ça.

Et puisqu’il faut faire des économies, plutôt que de partir loin, profitez de l’automne pour redécouvrir la côte vineuse, entre Dijon et Macon. Plein de nouvelles adresses de restos, qui redonnent le sourire, à prix quasi doux pour une époque si dure.

Et rendez-vous en 2010, pour une nouvelle vie, une nouvelle ville. Dans deux ans, avec un peu de chance, on n’aura perdu ni notre humour ni notre optimisme, et vous nous lirez dans le tramway ou dans l’avion vous menant directement depuis Longvic jusqu’à des rivages plus ensoleillés. Bon, d’accord, on rêve peut-être, mais quand la Bourgogne se réveillera, ce ne sera pas le moment de s’endormir ! Alors, mangez sain, faites du vélo, marchez, c’est le conseil que nous a donné un toubib ami pour éviter les cauchemars, et faire de beaux rêves !


Répondre à cet article

1 Message

  • Qui sont les chroniqueurs ? 28 novembre 2008 20:03

    Bonjour et bravo pour votre magazine !

    puis-je me permettre une petite suggestion : il faudrait que les chroniqueurs se présentent, qu’en pensez-vous ?

    Amicalement

    Voir en ligne : Campagne

    repondre message

 
 

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | SPIP PUBLICITÉ : 03 80 73 01 15 ou 06 86 86 48 28 - contact@bing-bang-mag.com
BingBang magazine Dijon - Edité par EDIBANG : SARL au capital de 14 400 euros - 52, avenue de Stalingrad - 21000 DIJON - Tél : 03 80 73 01 15 - E-mail : 

Création sites internet Dijon : i-com - Photographic : Photographe publicitaire - Marielys Lorthios Photographe culinaire
Toute reproduction même partielle des articles et des photos interdite. Droits réservés.