38
Magazine Dijon

Mars 2009

 N°38
 
Accueil > Les numéros > N°38 > 02 > Carnet de tous les jours
02

par Emilie Chapulliot

Carnet de tous les jours Une semaine entre Dijon et Beaune, au début du printemps


shifty

Lundi. C’est Shifty - shifty. Le Board Shop made in Dijon, fait du street art, dans sa gallery « Artroom ». Heu… vous pouvez répéter ??? Alors en français, ça donne un truc du genre : le magasin de skate près de la gare, met la culture urbaine à l’honneur. Graffeurs, photographes, graphistes… ils vous donnent rendez-vous chaque mois dans un espace dédié de 50 mètres carré. C’est mieux non ?

Mardi midi, c’est Parvis ! Le « restoriginal « de la rue Monge (et ce n’est pas moi qui le dit mais le patron !) propose des burgers revus et corrigés à des prix imbattables. Et pour ne rien gâcher, le patron est amateur de bons vins. Faire rimer hamburgers et bons bourgognes… il fallait oser. Chapeau l’artiste.

Mercredi. Je parle. Tu parles. Il parle. Nous parlons. Vous parlez. Ils parlent et on s’emmêle les pinceaux ! Ce soir, c’est café polyglotte. Pour l’occasion, Le (O)Kil prend des airs d’Auberge Espagnole. Caché rue Auguste Perdrix (à deux pas de la Rue Audra), le Kil se la joue Caméléon :
bar, café (presque) littéraire, pub, concerts, bar à coktails… On en redemande (et ça tombe bien, c’est tous les mercredis)

Jeudi. Il y a un temps pour tout mais surtout pour l’apéro au Square. Alex ne se lève jamais du pied gauche et ses clients non plus. Deux ou trois verres de blanc, de la charcuterie en veux-tu en voilà, du bon fromage qu’il dégote à droite à gauche…ça met tout le monde d’accord et on devient vite accroc. Il y a les habitués bien sûr mais les autres, on vous rassure, s’habitueront très vite…

Vendredi. Italie et ambiance jazzy. Demandez à la patronne du Simpatico d’assaisonner votre plat. Elle dégaine le poivrier plus vite que son ombre ! Ce resto n’est pas juste sympatoche : il est vraiment bon et on s’y sent bien. On tchatche, on s’attarde à table et on adore ça. Et les vendredis soir, avec les soirées jazz, là c’est sûr, on ne décolle plus du tout.

Samedi. J’achète donc je suis. Eluard a bien réussi en disant n’importe quoi, devenons n’importe qui en achetant n’importe quoi. C’est printanier, fleuri, léger, décalé : vivent les objets superflus, inutiles et insensés ! (Cela dit, des couverts à salade multicolores, une salière kitch, des serviettes de table avec le plan du métro parisien, un dessous de plat en chocolat, un support à cure dent en poupée vaudou, un jeu de carte « spécial soirées filles », ça peut toujours servir, je suis mauvaise langue ).

Dimanche. Cocooning. J’ai écouté la BO des poupées russes, je me suis goinfrée de croissants, j’ai regardé des séries américaines débiles à la tv, j’ai surfé sur café babel.com... Mais j’ai quand même trouvé le courage de prendre un vélodi pour finir mon tour du monde dominical. Ce soir se sera sushis. Ça ne rime pas avec dimanche mais tant pis. (ben oui le Bento ouvre aussi le dimanche soir avec une formule à emporter ou livré à domicile… vous ne pourrez pas dire qu’on ne vous l’a pas dit…)


 
 

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | SPIP PUBLICITÉ : 03 80 73 01 15 ou 06 86 86 48 28 - contact@bing-bang-mag.com
BingBang magazine Dijon - Edité par EDIBANG : SARL au capital de 14 400 euros - 52, avenue de Stalingrad - 21000 DIJON - Tél : 03 80 73 01 15 - E-mail : 

Création sites internet Dijon : i-com - Photographic : Photographe publicitaire - Marielys Lorthios Photographe culinaire
Toute reproduction même partielle des articles et des photos interdite. Droits réservés.