66
Magazine Dijon

Printemps 2016

 N°66
 
Accueil > Les numéros > N°66 > 12 > Carla Garfield fait son coming out
12

Carla Garfield fait son coming out la Castafiore, c’est moi !!!

Les gens sont méchants. Il y a des Dijonnais qui ont confondu notre Carla Garfield maison avec une de ses copines, aussi allumée qu’elle ! Bon, d’accord, elles se ressemblent un peu quand elles forcent sur le maquillage, mais c’est tout. L’une boit, l’autre parle.


Carla Garfield

Garf, c’est une gentille, on avait pensé à elle, pour ouvrir ce mag car elle voulait se lancer dans une nouvelle carrière et on avait décidé de l’aider. Mais elle nous a présenté sa copine. Celle-ci, qui fait partie des cultureuses dijonnaises, a participé début avril à un débat sur FR3 autour d’un sujet beaucoup plus sérieux que ceux que nous (mal)traitons dans ce mag gratuit : « Comment lutter contre les manipulateurs ? ». Difficilement, apparemment.

Nous, vous nous connaissez, à Bing Bang, on n’est pas sectaire. On fréquente des gens de droite, de gauche, des franc-maçons cachés et des faux-culs reconnus, pourvu qu’ils aient l’esprit jeune. Des jeunes de 7 à 77 ans, comme les lecteurs du journal Tintin d’autrefois.
Un journal que nous avons relu pour voir comment était habillée la Castafiore, forcément. C’est elle qu’on voulait pour ouvrir notre « Petit théâtre de la Grande Région », vous l’aviez compris.

Carla était heureuse, la diva en elle pouvait sortir au grand jour, elle allait enfin pouvoir monter sur scène, auditionner devant Laurent Joyeux, le directeur de l’Auditorium, dont elle est amoureuse depuis toujours. On préférait ça à la voir passer des heures sur internet ou devant ses séries, en faisant semblant de corriger nos textes. Carla, c’est notre correctrice maison. Rien de sado-maso là-dedans.
Qu’elle chante « Faust » avait d’ailleurs fait rire un de ses voisins, qui prétendait l’avoir déjà entendue dans ce rôle. Soi-disant qu’elle chantait comme une casserole, avait-il insisté, alors qu’on attendait de voir quelle robe l’artiste allait choisir.

L’interview sur FR3, on en avait eu la primeur, ce soir-là. La Garf nous avait préparé sa célèbre salade aux lardons et gravillons (elle ne lave pas toujours les feuilles, c’est une artiste !). Et elle avait invité sa copine, qui ne faisait pas sa fière, avant de partir régler ses comptes.
La copine de notre Garf, qui lui ressemble tant quand elle devient sérieuse, nous avait tout raconté, son adolescence, son âme de punk derrière son image de jeune fille rangée, les problèmes avec son père et la mère qui avait failli ne plus être saine d’esprit, et l’autre, la grande prêtresse, qui avait des visions au fond des bois.

On avait presque décidé, à la troisième bouteille, d’y aller tous ensemble, pour assister à la prochaine apparition. La copine de Carla était radieuse, du coup, toutes deux avaient décidé de passer à l’action, on imaginait le souk qu’elles allaient pouvoir mener. Et puis on s’est rendu compte que ce n’était pas le bon jour !

La dame blanche on ne l’a jamais vue. La secte non plus. Et Carla a perdu l’envie de chanter sur les scènes dijonnaises. Dommage, un Faust avec elle, ça aurait déménagé. Quant à sa copine, on lui souhaite du courage. Peut-être écrira-t-elle un livre, genre « Ce que j’ai vu, la nuit, au fond des bois ». On adorerait…

■ Gérard Bouchu


 
 

 RSS 2.0 | Plan du site | SPIP PUBLICITÉ : 03 80 73 01 15 ou 06 86 86 48 28 - contact@bing-bang-mag.com
BingBang magazine Dijon - Edité par EDIBANG : SARL au capital de 14 400 euros - 52, avenue de Stalingrad - 21000 DIJON - Tél : 03 80 73 01 15 - E-mail : 

Création sites internet Dijon : i-com - Photographic : Photographe publicitaire - Marielys Lorthios Photographe culinaire
Toute reproduction même partielle des articles et des photos interdite. Droits réservés.