42
Magazine Dijon

Avril mai juin 2010

 N°42
 
Accueil > Les numéros > N°42 > 05 > C’est chronique, chez Binoche
05

Thierry Binoche

C’est chronique, chez Binoche Sortir Dijon

Ils sont marrants mes chefs  ! C’est quoi Dijon Rock’n Roll  ? Un contresens non  ? En tous les cas depuis que je vis ici, soit plus de 35 ans au compteur, ce n’est vraiment pas le mot que je choisirais pour définir cette ville, même si pour certains explorateurs de mon genre, à la fin des 70’s et dans les années 80, il suffisait de chercher dans quelques lieux malfamés les sensations fortes.


yodelice@alice dison

Qui se souvient des premiers concerts au sous-sol de l’Acropole Bar prés du campus, ou ceux du Réal Bar (aujourd’hui le Deep Inside) et de son fantastique Juke Box le meilleur de la ville  ? Et oui, on mettait 2 tunes dans la machine et la température montait allégrement de plusieurs degrés, tout ça dans une ambiance enfumée et joyeusement bruyante, shoot, gamelle et gooaal  !!!! Le baby-foot et Le flipper donnaient le tempo et le tout était arrosé de quelques (doux pléonasme) bières bien fraîches et pas chères consommables sans modération ! Rien que du politiquement incorrect dans ce monde devenu à ce jour si policé, banalisé et fade. Les lieux à la mode tournaient aussi vite qu’ils mourraient en fonctions de l’activisme de certains allumés qui pensaient que c’était possible de faire bouger cette ville, malgré la forte opposition d’une municipalité à l’époque pas vraiment prête à accepter que l’on réveille la bourgeoisie locale. Malgré tout nous y trouvions notre compte et la scène rock dijonnaise avait un semblant d’existence. Les rares associations organisatrices de concerts se démenaient avec les moyens du bord, allant jusqu’à Auxonne pour organiser un vrai festival digne de ce nom pour faire jouer les groupes du cru. Le campus vibrait de temps en temps quand l’Amphi Aristote devenait le lieu de concert pour le rock pur et dur (comment imaginer ça aujourd’hui  ?). Loisirs Action le producteur de spectacle accueillait les plus grosses tournées mondiales dans un Hall des Expositions ou un Palais des Sports à l’acoustique pas vraiment étudiée pour la musique, Mais il fallait faire avec ce que l’on avait et c’était ça le Rock’n Roll  !!! Mais je vais arrêter la nostalgie camarade, car depuis et heureusement des structures plus professionnelles se sont mises en place. Il y a toujours des concerts dans les bars qui se donnent de manière empirique et cyclotimique  ; l’Athénéum  ; La Vapeur puis le Zénith ont fait leur apparition, même l’ancien squat des Tanneries est quasiment officialisé (et il est où le rock là  ?). Fini le «  hors cadre  ». Chaque chose à sa place  ! Les fanzines photocopiés sont remplacés par des publications sur papier glacé, les tracts coupés à la main par des flyers en quadrichromie et le bouche à oreille se passe sur Facebook. J’essaye de suivre et parfois je m’essouffle. Les associations plus ou moins soutenues par les instances officielles se multiplient, des producteurs privés ont fait leur apparition et l’offre musicale en devient importante mais pas toujours facile à suivre. Pour autant est-ce que Dijon est plus rock qu’avant  ? Pas sûr  ! Il manque peut-être cette folie, cette insouciance que nous vivions dans ces années déjà lointaines. Un état d’esprit.

• L’agenda

the lords
La meilleure manière de rester jeune et au courant de qui ce fait c’est encore de sortir. Mon secret de jouvence (pffff  !). Plus sérieusement, commençons par la Vapeur où vous devriez vous gaver de ces douces mélopées «  rock’n’rolliennes » arrangées aux différentes sauces. Commençons avec BRIAN JONESTOWN MASSACRE  : c’est du brutal à la Rolling-Stones période psyché les guitares qui balancent les riffs sans retenues. L’affiche est complétée par les bien nommés THE ROCKANDYS. Leur musique est un mélange passionné entre flûte, orgue, harmonica, guitares, de voix envoûtantes et profondes rappelant les sonorités sixties du Velvet Underground, floydiennes et des Brian Jonestown Massacre (tiens tiens  !). Et pour continuer cette sélection, c’est entièrement vêtus de noir, façon biker psychédélique des 60’s, que les LORDS OF ALTAMONT viendront nous délivrer une sévère dose de Garage Punk surpuissant. Une grande messe rock’n’roll soutenue par des rythmes cryptiques à souhait, une fuzz déchirante et une basse vrombissante, le tout orchestré par leur front man Jake The Preacher Cavaliere et son Farfisa démoniaque prêt à hanter le club de La Vapeur. La première partie ne sera pas non plus spécialement composée d’enfants de chœurs puisque ce seront les mâconnais de The BIG BEARS qui ouvriront cette messe bien particulière avec un Rock Punk high energy capable de décoiffer le plus gominé des sosies d’Elvis. Je me demande si je ne vais pas ressortir mon perfecto et mes Tiags  !

Dans la série des soirées allumées  : DUM DUM PARTY# 2 TRAVESTI MONSTERS, la soirée qui vous déguise  ! Né de la sulfureuse rencontre entre une créatrice excentrique, Miss Pop, et un duo Electro-Rock survolté, Le Catcheur et la Pute. De l’ivresse de cette union a émané un concept de soirée décalée qui met en scène le public… Outre une programmation musicale décoiffante, TRAVESTI MONSTERS invite le public à gommer ses codes vestimentaires. Des milliers de fringues déjantées sont gratuitement prêtées le temps de la fête. Tout le monde se change au gré de ses envies. J’adore les soirées déguisées (spéciale dédicace à La Coloc  !).
ARE YOU EXPERIENCED ? (titre d’un album de Jimi Hendrix) vous propose un plateau pour prouver que le rock n’a rien perdu de sa fougue aventurière avec les hérauts dijonnais du post-rock  : UNTEL. Un post-rock nuancé oscillant entre étrange quiétude et frénésie envoûtante, grands espaces et sphères intimes, et une chanteuse-performeuse hors normes, Carla BOZULICH. Le duo qu’elle forme avec le violoncelliste italien Francesco Guerri est traversé d’un bout à l’autre par un lyrisme sombre, implacable, littéralement incarné.
Du coté des jeunes pousses printanières SOMA et les dijonnais de ROYAL SLEEN se partageront la soirée pour nous présenter leur premier album réciproque. Deux visions, entre l’évidence des mélodies pop et l’agression salvatrice du rock, pour les premiers et textes spleenesques, énergie live, musique brute directe et efficace pour les seconds. Pour terminer sur ces envolées Vapeurisée, une surprise de dernière minute  : La venue de GAËTAN ROUSSEL chanteur de Louise Attaque et de Tarmac. Après avoir réalisé et co-écrit le dernier album de Bashung, le très beau Bleu pétrole, cet habitué de la Vapeur revient nous livrer les nouvelles chansons de son projet personnel. Émotions fortes garanties.

Festival Kill Your Pop 

Le festival rock par excellence proposé par l’association Sabotage. Du 25 avril au 2 mai plus de 30 artistes ou groupes se succéderont du côté de La Vapeur ou de l’Athénéum mais aussi à La Péniche Cancale. Entre des nouveaux talents locaux ou nationaux Elektrisk Gonner, Gablé, Clara-Clara, Koudlam et des têtes d’affiches internationales Errors, Tunng. Avec une politique de prix calculés au plus bas ce festival devrait permettre aux plus nombreux de se rassasier des nouvelles tendances émergeantes de cette pop indé. Soyez curieux, pour toutes ces dates, n’hésitez pas à faire un tour sur les pages Myspace des associations histoire de déjà vous mettre du son dans les oreilles  ! Si avec tout ça vous ne trouvez pas à vous occuper, changez de vie. Let’s Rock  ! TB


2 Messages

  • C’est chronique, chez Binoche 17 juillet 2011 09:49

    C’était bien loin ds la mémoire ce temps, et ton crâne rasé impressionnant , sans âge, étrange pour moi ; la copine de Gambey, le kanak , tu te souviens ?Ben oui, moi si,tu vois et l’Acropole aussi, et le Rude et Jef ??Tous ds la mémoire, sans plus trop rock tout ça, sauf Jef qui s’est fait un concert à Lyon pour voir qui déjà ??..JE NE SAIS PLUS ? BREF Allez bises et @+

    • C’est chronique, chez Binoche 29 juillet 2011 14:54

      Désolé de répondre si tard mais le message vient juste de me parvenir. J’ai bien de bons souvenirs de cette période et je suis toujours sur Dijon et toujours dans le milieu culturel
      pour me joindre directement thierry.binoche@gmail.com ou sur Facebook . Comme on dit à bientôt si ce message te parviens histoire d’en savoir un peu plus
      Thierry

 
 

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | SPIP PUBLICITÉ : 03 80 73 01 15 ou 06 86 86 48 28 - contact@bing-bang-mag.com
BingBang magazine Dijon - Edité par EDIBANG : SARL au capital de 14 400 euros - 52, avenue de Stalingrad - 21000 DIJON - Tél : 03 80 73 01 15 - E-mail : 

Création sites internet Dijon : i-com - Photographic : Photographe publicitaire - Marielys Lorthios Photographe culinaire
Toute reproduction même partielle des articles et des photos interdite. Droits réservés.