38
Magazine Dijon

Mars 2009

 N°38
 
Accueil > Les numéros > N°38 > 07 > C’dans l’art
07

C’dans l’art

Dijon, ville d’art et de culture, honore son label… de jour comme de nuit. Une foison d’ores et de fins fonds invitent à la baguenaude dans une ville qui est la première pièce de ses trésors. Pour les courir, les repérer et mieux y revenir, la 5ème Nuit des Musées, le 16 mai, à l’unisson de 29 autres pays, est un moment privilégié d’exploration de tout un pan de la culture dijonnaise.


latitude21 dessine moi une agglo

Bien sûr, rares sont les emplacements permettant d’afficher un environ 6 x 10 mètres comme celui qui annonce l’exposition phare de Dijon, les « Fauves hongrois, la leçon de Matisse » au Musée des Beaux-Arts. Ce placard, à la taille de la façade de l’Alhambra, fait rejaillir la prestance d’une salle, hélas, inexploitée. Ses antécédents culturels réminiscents appellent une Place de la République déjà connue pour ses restaurants et rendez-vous d’au moins deuxième partie de soirée. Les tableaux exposés au Smart, d’artistes régulièrement renouvelés, rehaussent d’une nouvelle dimension cet endroit de fête déjà haut en couleurs. Ce soutien premier aux artistes, par exemple au bar Le Déclic exemple en décor qui se renouvelle, voire en point de diffusion de festival, comme au café Chez Nous par exemple, est un précieux élément de vie culturelle. Dans le même esprit, les expositions d’œuvres au Café Culturel de La Vapeur s’enchaînent, accrochées pour un concert comme pour une formation informatique ou les projections d’inattendues trouvailles cinématographiques de Mr Duterche.


La culture n’est-elle pas une recherche ?

Véritable laboratoire culturel du Campus, l’Atheneum lance Megaphone, nouveau festival des musiques créatives, du 25 juin au 5 juillet, inauguré le 19 mai avec Sir Alice et La Caution en concert. Christiane Geoffroy y est par ailleurs artiste en résidence autour du thème « le clonage peut-il changer le cours de l’évolution ? » travail en plein courant d’art scientifique avec une prochaine exposition en janvier 2010. L’artiste s’intéresse à la science et le scientifique le lui rend bien. Le centre GF Leclerc offre régulièrement des expositions à ses patients et à tout visiteur qui, sur fond de diversion thérapeutique initiale, atteste de la meilleure sélection artistique. Tout autant rendus à l’extraction d’une condition qui domine, la galerie L’Art pour le dire promeut notamment les Itinéraires Singuliers, encadrés par divers ateliers et soutenus par une mutualité, sur une initiative d’un autre centre hospitalier spécialisé. Derrière ce que la science gagne en place dans l’art, comme la Fête de la Science, le Centre de Culture Scientifique, Technologique et Industrielle, faculté Chabot-Charny, est le relais d’organisation incontournable qui, sans exposer lui-même, contribue à ce que Arts et Sciences jouent de saine émulation et favorisent tout un chacun à se construire, voire se reconstruire.

L’art de reconstruire

Autre reconstruction, après La Nef, Le Consortium rebâtit l’Usine, rue de Longvic, en complexe scénique de spectacle et d’exposition. En à peine plus de trente ans, ceux à qui Robert Poujade soufflait « je veux bien vous aider mais que cela ne se sache pas », viennent de recevoir le soutien de la ville de Dijon et de faire don de leur collection d’œuvres au Musée des Beaux-Arts. Les deux sont en travaux et leurs services respectifs partagent l’église Saint-Etienne qui ouvre à cette occasion un espace d’exposition : La Nef offre une sélection de leurs œuvres, au bout du rez-de-chaussée occupé par la bibliothèque municipale dont, par ailleurs, le fonds d’ouvrages n’a jamais été aussi accessible. Evidemment, cela laisse espérer un avenir rayonnant pour le somptueux espace libre de l’église Saint-Philibert qui, une fois ses maux pansés, pourrait briller à la croisée de l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts et les théâtres du Parvis Saint-Jean et des Feuillants. Pour se faire aménageur en herbe de la ville ou voir plus clair dans tous ses changements, deux adresses phares en deux démarches qui savent aussi être partenaires : au comité d’architecture, d’urbanisme et d’environnement, le CAUE, rue de la Préfecture, accroche des œuvres du FRAC dans ses bureaux d’activité publique au service des collectivités et des usagers, et rue de Montmuzard où l’exposition temporaire de Latitude21 « Dessine-moi une agglo », évoque la cité par le passé, l’actualité et les pistes d’avenir, dans une alchimie mêlant didactique et virtuel en une seule pièce. Un art très contemporain.
Jef de Marne


Répondre à cet article

 
 

 RSS 2.0 | Plan du site | SPIP PUBLICITÉ : 03 80 73 01 15 ou 06 86 86 48 28 - contact@bing-bang-mag.com
BingBang magazine Dijon - Edité par EDIBANG : SARL au capital de 14 400 euros - 52, avenue de Stalingrad - 21000 DIJON - Tél : 03 80 73 01 15 - E-mail : 

Création sites internet Dijon : i-com - Photographic : Photographe publicitaire - Marielys Lorthios Photographe culinaire
Toute reproduction même partielle des articles et des photos interdite. Droits réservés.