69
Magazine Dijon

Hiver 2016/2017

 N°69
 
Accueil > Les numéros > N°69 > 10 > « Bifide Chrysalide », de Dan Eelson
10

« Bifide Chrysalide », de Dan Eelson Au cœur de l’énigme…


Bifide Chrysalide

Au cœur de l’énigme, il y a Obéron, initialement une sorte de campement créé par les bûcherons chargés de couper les arbres d’une luxuriante forêt, pour une entreprise qui les transforme en meubles uniques. Après l’effondrement d’un barrage, la ville disparaît, rayée de la carte par le tumulte des eaux folles. Et puis elle renaît, grâce à d’étranges moines, vivant dans un proche monastère. Voici pour le cadre.
Venons-en à la non moins énigmatique « Bifide Chrysalide », l’héroïne de l’histoire : il s’agit d’une jeune femme à l’identité double ; elle se nomme Emmy Grant, mais elle a un double : Sarah Harper. Comment cela est-il possible ? Vous le découvrirez à son heure. Emmy, employée du puissant CILT, est chargée d’une enquête sur les lieux mêmes où elle a perdu tous les siens, après la catastrophe. La voici donc revenue à Obéron, ville nouvelle reconstruite par les moines de l’Ordre. Elle y retrouvera l’étrange Lazare, un médecin qui s’est jadis occupé d’elle.
« Obéron », c’est le roi des fées, dans certaines légendes. C’est aussi un personnage issu d’une pièce de Shakespeare, « Le Songe d’une nuit d’été ». Avec une telle filiation, il faut s’attendre à une œuvre fantastique, dans tous les sens du terme. Et Dan Eelson réussit la gageure. « Bifide Chrysalide » nous plonge dans un futur proche - l’action se passe en 2067 -, où la technique a bien sûr évolué, mais où les sentiments humains sont restés les mêmes.
Et puis, en sous-texte, s’inscrit la structure métaphysique sur laquelle se développe la fiction. Affleurent ainsi, au cours du récit, le terrifiant Narayan, surnommé « Hanuman », trois roses gelées, une statue qui surgit de la végétation, comme un mirage, et bien d’autres choses encore...
Aussi touffue que les forêts évoquées, l’intrigue se noue par la magie de l’imagination débridée de l’auteur. Par là, le roman de Dan Eelson ne peut laisser indifférent. Vous en ferez donc un usage immodéré.
Dans notre modernité pauvre en imaginaire, l’on peut se demander à juste titre où sont passées les légendes ? Eh bien elles revivent dans la fresque - on attend plusieurs autres tomes - de Dan Eelson. Et c’est infiniment mieux qu’un jeu vidéo.

« Bifide Chrysalide L’ordre d’Obéron, tome I »

par Dan Eelson, éd. Libriptera,
594 pages, 23,90 €
+ d’infos sur www.daneelson.com


Répondre à cet article

 
 

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | SPIP PUBLICITÉ : 03 80 73 01 15 ou 06 86 86 48 28 - contact@bing-bang-mag.com
BingBang magazine Dijon - Edité par EDIBANG : SARL au capital de 14 400 euros - 52, avenue de Stalingrad - 21000 DIJON - Tél : 03 80 73 01 15 - E-mail : 

Création sites internet Dijon : i-com - Photographic : Photographe publicitaire - Marielys Lorthios Photographe culinaire
Toute reproduction même partielle des articles et des photos interdite. Droits réservés.