47
Magazine Dijon

été 2011

 N°47
 
Accueil > Les numéros > N°47 > 06 > Agenda électrique
06

Agenda électrique

On l’a attendu avec impatience ce printemps, sortir enfin de ce froid qui n’en finissait plus et retrouver la chaleur du partage d’émotions dans quelques salles de spectacle, une façon de se faire plaisir sans retenue. Mais c’est étonnant comme ces derniers temps, je me suis fait un retour nostalgique ;
un tour chez le psy me donnerait peut-être des réponses, du genre allongez vous et dites-moi tout ! Eh bien voilà, je viens dépenser une fortune en essayant de reconstituer la discothèque de mon adolescence et ça me fait un plaisir fou de réentendre certains de ces vieux albums que nous écoutions en boucle à l’époque de leur sortie. Du coup, des chaleurs et des sensations, j’en ai eu quelques-unes, certaines attendues et d’autres beaucoup moins. Ce qui fait que j’ai joué les filles de l’air (chaud) lors du dernier numéro et que j’ai failli faire de même pour celui-ci. Si je commence à faire le cascadeur, je ne vais jamais m’en sortir. Bon, il faudra bien se remettre à fréquenter ces lieux de fête nommés avec plus ou moins d’à-propos “festivals”, même si ces grand’messes estivales m’attirent de moins en moins. On ne devrait pas vieillir !


madjo

Mais ne doutons pas que la foule sera, elle, au rendez-vous des incontournables EUROCKÉENNES de Belfort, les Dijonnais pouvant aller soutenir Hit by Moscow, lauréats des repérages Bourgogne, au milieu d’une programmation toujours aussi riche. Mais si vous voulez éviter les grandes concentrations et prendre les chemins de traverse, voici quelques adresses un peu différentes. Le festival CAMPAGN’ART fête déjà ses dix ans à Saint-Maurice-lès-Châteauneuf dans le sud de la Saône-et-Loire. À l’affiche, Zenzile en ciné-concert avec le film “Le cabinet du Dr Caligari”, As de trèfle et son rock acoustique. Mais si vous voulez vous cultiver différemment, un parcours Campagn’art vous est proposé : expositions, installations artistiques audio et visuelles. Des découvertes au cœur des deux villages qui jouent des hommes et des lieux pour révéler l’identité d’un monde en ébullition : la campagne. Il y aura aussi, le samedi un marché du disque et du vinyle (nous y revoilà pour enrichir ma discothèque !), le tout se terminant par un grand feu de la Saint-Jean.

Toujours dans le même département, FESTICULLE investit le petit village de Culles-les-Roches en Saône-et-Loire. Pour cette 5e édition, on retrouvera les Love Bites en ouverture, Beat Assaillant et la chanteuse de Caravan Palace en DJ set pour clôturer la première soirée. Le samedi commence plus tôt l’après midi, avec la performance pour les enfants de Tonton Ballon et ses énormes sculptures en beaudruche. La soirée débutera par un DJ set et s’enchaîneront ensuite Fumuj, Brain Damage, le MC new-yorkais Oddateee et Chud. De quoi se faire plaisir sans modération (si, si, c’est permis !)
Toujours dans cet esprit de famille, la nouvelle édition des NUITS PÉPLUM à Alésia devrait combler ses habitués. Sur ce site prestigieux, à mi-chemin entre Dijon et Auxerre dans un théâtre de verdure aux charmes enjôleurs, vous pourrez faire la fête avec une pléiade d’artistes de renom et des découvertes sous les feux de la rampe pour leur dernière création. Un cocktail détonant pop, rock, folk, jazz et chansons sur la scène du théâtre des roches, des expos, des spectacles de rue et des surprises pour toute la famille. Dimanche après-midi, à l’affiche du “plus grand des petits festivals” sous la statue de Vercingétorix : les Tri Yann, plus celtes que jamais, No One Is Innocent de plus en plus rock, June & Lula, duo de douceurs folk, Carmen Maria Vega, petite bombe à retardement (!), les dijonnais d’Oslow, pour la couleur locale, et enfin André Ceccarelli et David Linx qui invitent Maurane pour un hommage à Claude Nougaro.

Je ne sais pas si l’ambiance est différente à Métabief au FESTIVAL DE LA PAILLE, mais le nom laisse rêveur. Sur deux jours et en prenant un peu d’altitude au pied des télésièges, une belle variété de musiques est proposée au public, entre Yaël Naïm, Sinsimillia, les Hurlements d’Léo, High-Tone, Florent Marchet ou encore les éblouissants et agités Uncommon men from mars… un nom à finir effectivement dans la paille ! Et pour ceux qui restent ou qui passent par la région au mois d’août, Le FESTIVAL DU CHIEN À PLUMES entamera sa 15e édition, toujours sur les rives du Lac de Villegusien. Cette année, Katerine, Gogol Bordello, Apocalyptica, les Têtes raides, la Phaze, Cali, Bomba Estereo (et quelle bombe !) et ma petite préférée, Madjo, devraient offrir des plaisirs musicaux au public de plus en plus large de ce festival devenu incontournable. Voilà donc une série de “possibles chemins de traverses” que vous pouvez emprunter pour rendre cet été moins morne et peut être différent, en attendant une rentrée musicale qui s’annonce assez passionnante.


 
 

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | SPIP PUBLICITÉ : 03 80 73 01 15 ou 06 86 86 48 28 - contact@bing-bang-mag.com
BingBang magazine Dijon - Edité par EDIBANG : SARL au capital de 14 400 euros - 52, avenue de Stalingrad - 21000 DIJON - Tél : 03 80 73 01 15 - E-mail : 

Création sites internet Dijon : i-com - Photographic : Photographe publicitaire - Marielys Lorthios Photographe culinaire
Toute reproduction même partielle des articles et des photos interdite. Droits réservés.