71
Magazine Dijon

Été 2017

 N°71
 
Accueil > Les numéros > N°71 > 11 > 71-17, in memoriam
11

71-17, in memoriam par JG Dufour

Suite du feuilleton des années 70 à aujourd’hui. Où Tonton Guillaume nous raconte sa vision de la vie, à jeun ou non, et où Binoche se souvient de l’époque où il se faisait des cheveux pour un rien…


Jean-Luc dans sa R8 Gordini

Pour une fois, à Bing Bang, ils m’ont écouté, dans le dernier numéro. Non seulement on est revenu aux années 70, les meilleures, mais on a réglé cette histoire de métropole. Nous, on veut une mégalopole, c’est bath ça MEGALOpole ! Ca sent le large, y’a de l’air, ça rayonne, ça mitraille, ça en jette !
Son centre historique c’est Dijon, Beaune, Besançon, Dôle, Chalon, des endroits sympas avec des places, des monuments et des bancs et des touristes qui viennent visiter. Entre ces quartiers, un réseau de transports en commun. Y’aura de la place aussi pour les voitures, et surtout pour se garer !
Ensuite autour du centre étendu, mais pas toujours détendu, des quartiers plus calmes, reposants, un peu périphériques, Montbard, Auxerre, Vézelay, Nevers, Autun, Mâcon, Lons-le-Saunier, Montbéliard, Belfort, des zones résidentielles où les gens se retirent de l’agitation continue du centre. La nouveauté dans « cette volonté de remettre l’humain au cœur de l’urbain, et de bâtir autour de l’échelle de l’homme en tant que sujet urbanistique des éco-quartiers, citoyens laïques républicains éco-responsables, obligatoires et de véritables lieux de vie qui tissent du lien social », c’est que je supprime les banlieues ! Fini, envolé le cauchemar banlieusard, on crée un centre, des quartiers périphériques mais pas de banlieue, suffisait d’y penser quand même !
En plus comme parc pour qu’il y ait des espaces verts dans cette cité, je propose rien moins que les parcs naturels du Morvan et du Jura. AHAHAHA, il ressemble à quoi Central Park à côté ? A quoi ? Oui c’est ça à rien, et Hyde Park ? Un jardinet, une courette, pas plus.

Bon maintenant que vous mordez l’étendue du propos, il y a un problème de citoyenneté qu’il nous faut aborder, c’est quand on rentre tard et qu’on a bu plus que la limite. Je vais vous conter la parade imparable que j’ai mise au point pas plus tard qu’il n’y a pas longtemps.
Il fut un soir il y a peu où j’étais convié à une bonne soirée chez de vieux amis qui ont ceci de commun avec les pulls en cachemire et les armagnacs, c’est qu’ils sont de plus en plus agréables en vieillissant. Apéro sans excès, une bouteille de crémant par personne, normal, il y a aussi des femmes qui boivent moins, ensuite sans fioriture ni exagération, une bouteille de blanc par tête sur les entrées, une de rouge sur le plat (tout doux, y’a des femmes enceintes), un coup de liquoreux sur les desserts, comme la discussion était engagée et roulait toute seule, on ne s’est même pas rendu compte qu’on avait pris six digeots.
Au moment de partir, tout allait bien évidemment, mais un étrange pressentiment me susurre de ne pas prendre ma voiture. Je ne sais pourquoi ni comment, j’écoute cette voix intérieure et je prends un bus. Bien m’en a pris les amis, quelques kilomètres plus tard, file de voiture, gyrophares, camionnettes bleues, hommes lourdement armés avec des gilets réfléchissants (les gilets, je précise, pour la relectrice), bref, barrage de la maréchaussée, contrôle d’alcoolémie, retraits de permis sur le champ, peines de prison prononcées, excommunications, anathèmes, exécutions sommaires et tout le toutim. Mais en bus, pas de problème, un large geste du brigadier qui signifie : « Passez donc, ne soufflez même pas, roulez ! ».
J’ai poursuivi ma route sourire aux lèvres et je suis rentré en toute sécurité, le cœur léger. Le seul point que je n’ai pas résolu, c’est quoi faire du bus qui est garé en bas de chez moi, et à qui le rendre, impossible de me rappeler où je l’ai trouvé !


Répondre à cet article

 
 

 RSS 2.0 | Plan du site | SPIP PUBLICITÉ : 03 80 73 01 15 ou 06 86 86 48 28 - contact@bing-bang-mag.com
BingBang magazine Dijon - Edité par EDIBANG : SARL au capital de 14 400 euros - 52, avenue de Stalingrad - 21000 DIJON - Tél : 03 80 73 01 15 - E-mail : 

Création sites internet Dijon : i-com - Photographic : Photographe publicitaire - Marielys Lorthios Photographe culinaire
Toute reproduction même partielle des articles et des photos interdite. Droits réservés.